Site Logo

Pascal Martino lève le voile sur (l')Horizon conférence

Michaël Renotte I 2:52 pm, 24th September

Depuis l'origine, l'ambition de la conférence Horizon est d'offrir à la place financière un espace d'échange où les décideurs du secteur et des intervenants extérieurs peuvent échanger, débattre et esquisser ensemble une vision à long terme. "Nous avons voulu faire de cet événement un forum de discussion entre différentes parties autour d'axes de réflexion stratégiques pour le Luxembourg", explique Pascal Martino.

 

"Un deuxième point au cahier des charges de la conférence est d'amener au Luxembourg des intervenants extérieurs à notre marché et à nos métiers afin de bénéficier d'une vision outside-in", ajoute-t-il. La mission confiée aux conférenciers invités par Deloitte est de challenger le public avec des approches inédites tout en essayant de mettre en perspective les défis et les opportunités que cela peut présenter pour le Luxembourg.

 

Susciter la réflexion et le débat

"Nous avons donc organisé l'agenda de cette édition autour de sujets clés pour la place luxembourgeoise comme la technologie, le digital ou l'éco-responsabilité", poursuit Pascal Martino. "Nous donnons notamment la parole à des personnalités que l'on a pas l'habitude d'entendre", dit-t-il. Les participants à la conférence auront ainsi l'occasion de découvrir – et d'être interpellés par - Avanti & Leo Sharma, co-fondateurs de Workshop4Me, une association qui a pour objectif de développer les compétences en matière de codage chez les enfants.

 

Parmi le panel des intervenants, on compte également Bruno Colmant, professeur d'université, financier, fiscaliste, économiste mais aussi penseur pluridisciplinaire et auteur prolifique : il est l'auteur de plus de 75 ouvrages ! "Ses réflexions sont aussi pertinentes qu'interpellantes", s'enthousiasme Pascal Martino. "Nous lui avons proposé de s'exprimer sur l'avenir de l'argent tel que nous le connaissons face à la montée en puissance de la technologie blockchain et des crypto-monnaies".  

 

Au nombre des sujets traités cette année, figure l'approche centrée sur le client. "Nous voulons aborder ce point parce que l'on peut parfois perdre de vue que la mission principale de l'entreprise est de servir ses clients", nous dit le Banking Leader de Deloitte. "Les innovations en matière de technologie, de digital ou même d'éco-responsabilité n'ont de sens que si elles permettent de d'offrir de meilleurs services à une clientèle elle-même en évolution. Sur d'autres marchés, certains ont poussé très loin la réflexion sur les meilleures manières d'aborder les besoins des clients actuels mais aussi de ceux de demain".

 

"Qui plus est", ajoute-t-il, "je pense qu'il il est indispensable d'étendre la réflexion à ces clients internes que sont les employés de l'entreprise : nous ne pouvons pas proposer une expérience client de qualité si nous ne déployons pas d'abord une expérience employé parfaite. Les collaborateurs de l'entreprise sont ses meilleurs ambassadeurs et il convient de leur assurer des conditions de travail optimales afin qu'ils puissent à leur tour offrir une expérience exceptionnelle aux clients. C'est pour ces raisons que nous avons demandé à Nancy Rademaker, spécialiste de l'impact du digital sur le comportement des clients, de traiter ce thème".

 

Le meilleur des deux mondes

Les événements qui se déroulaient principalement en face à face avant la pandémie sont devenus presque exclusivement virtuels. Deloitte Luxembourg a choisi une autre voie. "Pour maximiser la portée de notre conférence et maintenir l’intérêt du public, nous avons choisi une formule hybride, phygitale, permettant de satisfaire toutes les attentes. Cette année, nous accueillerons donc une partie du public dans nos locaux, dans le respect des normes sanitaires, alors que d'autres participants se joindront à nous de manière virtuelle tout en bénéficiant de la même qualité d'expérience", annonce Pascal Martino.

 

En cette matière, il estime qu'il n'est pas envisageable d'en revenir aux pratiques d'avant la crise sanitaire. "Je suis d'ailleurs convaincu que ce serait une erreur", confie-il. "Je pense que le bon modèle se situe à mi-chemin entre le présentiel et le virtuel. Le tout digital que l'on a connu pendant la période de confinement a montré ses limites : le contact humain reste extrêmement important. Cependant, la présence physique n'est pas toujours indispensable. Je considère que le modèle hybride, phygital, répond de manière appropriée à beaucoup de situations".

 

"Dans le cas de notre conférence, certaines personnes seront ravies de se revoir physiquement à l'occasion de la conférence ; et d'autres, grâce aux outils numériques, pourront y assister à distance malgré l'éloignement géographique ou un emploi du temps chargé. Je suis convaincu que cette formule hybride permet de maximiser la portée des événements", insiste-t-il.

 

De plus, le mode d'organisation retenu pour la conférence Horizon intègre un aspect éco-responsable indéniable. "Plusieurs intervenants prendront la parole et interagiront à distance avec le public, évitant ainsi des déplacements coûteux en temps, en énergie et en carbone :  le modèle phygital favorise un comportement bien plus responsable à la fois pour nous et pour la planète", conclut Pascal Martino.


Subscribe to our Newsletters

Info Message: By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. Privacy Policy Accept